Ignorer les commandes du Ruban
Passer au contenu principal
La couverture sanitaire universelle (CSU) est aujourd'hui au cœur des politiques nationales et des débats sur la santé à l’échelle internationale.   Le but de la CSU est de faire en sorte que tous les individus aient accès aux services de santé dont ils ont besoin sans que cela n’entraîne pour les usagers des difficultés, voire des catastrophes financières. La CSU recouvre donc 3 dimensions : l’accès équitable pour toute la population ; la disponibilité de services de santé de qualité ; la protection financière.
Bien que l’aspiration d’accomplir une couverture universelle en santé remonte à la déclaration d’Alma-Ata (1978), c’est désormais une perspective dans le développement de tous les systèmes de santé. Ce regain d’intérêt est perçu non seulement à travers les rapports sur la santé dans le monde de 2010 et 2013, ou la déclaration des Nations Unies sur la CSU de 2012, mais aussi à travers les nombreuses rencontres régionales et internationales sur la santé. Aussi, les multiples investissements consentis en santé et les acquis obtenus durant la dernière décennie pour atteindre les OMD, ont motivé l’inscription de la CSU dans l’agenda post-2015, d’autant plus qu’elle intègre les principes d’universalité, de solidarité, d’équité et de droit humain.
Au Maroc, la réforme de financement de la santé initiée en 2002, à travers l’adoption de la loi 65-00 portant code de la couverture médicale de base (CMB), a démarré à partir de 2005, l’année de création de l’Agence Nationale d’Assurance Maladie (ANAM). Elle a permis au Maroc de s’inscrire dans la perspective d’une couverture sanitaire universelle organisée autour de trois régimes de CMB:
  •    L’assurance maladie obligatoire (AMO) pour la population active et retraitée des deux secteurs public et privé et leurs ayant droits ;
  •    Le régime d’assistance médicale (RAMED) pour la population non couverte par l’AMO et ne disposant pas de ressources suffisantes pour faire face aux dépenses de santé ;
  •    L’assurance maladie des indépendants (AMI) pour les autres catégories professionnelles.
 
Les deux premiers régimes (AMO et RAMED) ont été déployés permettant à la couverture médicale de dépasser 60% de la population. Quant à l’AMI, sa stratégie de déploiement est en cours de finalisation, en vue d’un démarrage prévu en 2015 en plus de l'assurance maladie des étudiants.
 A l’occasion de la célébration du 3e anniversaire de généralisation du RAMED, le Ministère de la Santé et ses partenaires, ont choisi de confronter l'expérience du MAROC sur la CSU, et particulièrement la couverture médicale des populations en situation de précarité, aux expériences d’autres pays à travers l’organisation d’un symposium international sur la couverture sanitaire des populations en situation de précarité.
Cet évènement sera une occasion pour dresser le bilan des trois années de généralisation du RAMED dans un cadre plus large qui met à profit les expériences des pays et les points de vue des experts nationaux et internationaux dans le domaine.
Objectifs du symposium :
- Présenter le bilan de trois années de généralisation du RAMED et évaluer le processus de sa mise en œuvre dans sa globalité ;
- Confronter l'expérience du Maroc en matière de CSU, et notamment celle des populations en précarité, aux expériences internationales ;
- Identifier les bonnes pratiques en matière de gouvernance du financement de la santé et particulièrement la couverture sanitaire des populations en situation de précarité ;
- Aider les décideurs à opérer des choix politiques et stratégiques à la lumière des recommandations émises, et des réalités du contexte marocain et de celui des autres pays.
 
Organisation du Symposium 
 
Le symposium se déroule sur deux jours, en cinq séances plénières et quatre panels (séances parallèles).
Une séance  inaugurale ouvrira les travaux du symposium  par les discours officiels. Il est attendu un discours inaugural de M. le Chef du Gouvernement et des allocutions de Messieurs les Ministres de la Santé, de l'Intérieur, de l'Economie et des finances. Cette première séance plénière inaugurale connaitra également la lecture de discours officiels prononcés par les Représentants des organismes internationaux partenaires techniques et financiers du Maroc pour la mise en place de la Couverture Médicale de Base. Cette session inaugurale mettra l'accent sur l’engagement et la forte volonté des décideurs (gouvernement et organismes) en faveur de la couverture sanitaire des populations en précarité.  
 
Cinq conférences introductives animées par des Ministres de la Santé et des experts internationaux de haut niveau sur la couverture sanitaire universelle sont programmées pour la première session plénière. 
 
Le retour d'expérience du Maroc, de la Turquie, du Brésil, du Mexique et de la Thaïlande sera et partagé durant la deuxième et la troisième plénières.
 
Les quatre panels qui auront lieu le deuxième jour sont focalisés sur l'examen de nouvelles options politiques et techniques pour dépasser les contraintes posées dans la mise en œuvre du RAMED. Ils porteront sur les questions suivantes :
Panel n°1 : Les méthodes de ciblage dans les Régimes de Couverture Médicales au profit des
Populations en précarité, ce panel vise à susciter le débat sur la nécessiter d''harmoniser les mécanismes de ciblage.
 Panel n°2 : La maîtrise des dépenses et des prises en charges médicales des RAMEDistes, étant donné que sa viabilité financière reste une préoccupation et un défi majeur.
Panel n°3 : Le rôle du secteur privé dans le renforcement du RAMED; Le but de ce panel  est de créer un débat afin d'assurer une saine et utile complémentarité entre secteur public et secteur privé
Panel 4 : La couverture sanitaire des pauvres, Quelles leçons tirées des expériences internationales pour le RAMED ? L’intérêt de ce panel réside le partage ciblé d'expériences avec un groupe d'experts de la Communauté de Pratique sur les Financement des Soins de santé.
 
Les Panels ont été précédés par des ateliers préparatoires regroupant toutes les parties prenantes autour de ces questions. Ces ateliers ont permis l'élaboration de notes de cadrage qui documentent les problématiques posées et suggères des options techniques aux débats.
 
La dernière séance clôturera les travaux du symposium par la lecture des recommandations issues des échanges.
 
           
 
- Copyright Ministère de la santé @ 2015 - Ramed